La communication

Quand vous pensez au mot communication, qu’est-ce que vous mettez derrière ?

Peut-être me direz vous : langage, écoute, échange, chaleur, convivialité, ensemble, etc…

Si nous revenons aux racines du mot communication, on trouve : communauté, communion, communique action.

Dans la communication, en PNL, on regroupe tout ce qui peut transiter d’une personne à une autre. Bien sûr, il s’en passe beaucoup plus qu’on ne sait qu’il s’en passe.

Globalement, il y a ce dont vous êtes conscient c’est-à-dire ce que vous avez à l’esprit rapidement. Il y a aussi ce qu’on appelle le préconscient, c’est-à-dire ce qui apparaîtrait si je vous mettais en relaxation et si vous laissiez venir tout ce que vous imaginez. On pourrait appeler cela l’impression.

Quand on effectue un travail sur la prise de conscience des processus de communication, on met à jour des processus dans lesquels vous êtes en permanence sans le savoir. Le préconscient est important car il va énormément influencer la qualité de la relation.

Il y a également tout ce qui est sous-jacent qui serait plus de l’ordre de l’inconscient. Dans l’inconscient, il se trouve encore des choses qui vont influencer la relation. Mais, pour les comprendre, il faudrait faire un travail plus spécifique tel qu’un travail de développement personnel, pour appréhender la structure de votre personnalité, les messages importants que vous avez reçus dans votre enfance. Bref tout ce qui a trait à la construction de soi-même.

Tout cela influence vos relations, tant dans l’émission que dans la réception.

Communiquer, c’est à la fois recevoir une somme d’informations et savoir faire passer quelque chose. Il y a des savoir-faire qui font que, quel que soit le contenu de la relation, les gens vont plutôt se rapprocher ou s’éloigner l’un de l’autre.

La répétition

L’objectif est de mesurer la capacité à entendre. On appelle cela un exercice de répétition. Ce n’est pas un exercice de reformulation mais bien de répétition.

Lors d’un séminaire, deux participants se tournent le dos pour laisser de côté le champ visuel et l’un d’eux raconte un évènement agréable qui lui est arrivé. Régulièrement, l’autre personne va répéter ce qu’elle entend, mot pour mot. La personne qui écoute va pouvoir mesurer sa capacité à répéter exactement ce que l’autre lui dit.

Lorsqu’une personne raconte son histoire, il peut se présenter deux options : soit l’autre personne répète exactement ce qu’elle a dit, soit elle répète des choses différentes.

Que se passe-t-il quand la personne répète exactement ce que l’autre dit en termes de sentiments et quand elle change les mots ?

On a l’impression, que lorsque la personne qui répète change les mots, il y a une recherche de compréhension. Sinon, on ne sent que le rabâchement.

Deux cas peuvent se présenter selon le sentiment que vous mettez derrière les mots. Les mots que vous utilisez découlent d’un ensemble de pensées. Vous pensez plus que vous n’en dites.

Les pensées sont elles-mêmes la synthèse d’un ensemble d’expériences vécues, lesquelles expériences sont elles-mêmes une partie de ce qui s’est réellement passé. Il y a des filtres.

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que quand quelqu’un utilise un mot important qui veut traduire une expérience vécue, le mot est directement associé à l’expérience. Cela signifie que plus une personne sera focalisée dans son expérience plus le mot sera directement lié à l’expérience. A ce moment-là, si vous reformulez par un autre mot que le mot donné, la personne le vit comme une interprétation.

Si par différence, il n’y a pas de teneur particulière dans l’intensité, utiliser exactement le même mot produit un effet gênant : cela fait un peu perroquet.

Plus une personne est sous stress, plus c’est important de reformuler exactement les mots qu’elle a employés si vous voulez reconnecter avec elle. Dans l’écoute, c’est affaire de jugement. Il y a des moments où, si vous prenez le risque de remplacer le mot par un autre, ce qui peut être perçu est un sentiment d’interprétation, voire d’incompréhension. C’est un sentiment très fin mais qui a toute son importance.

Ce que je veux montrer par là, c’est qu’il ne suffit pas d’entendre la personne si vous souhaitez bien communiquer. Il faut aussi pouvoir la convaincre que vous l’avez entendue.

C’est une autre étape.

L’écoute active

« Parler est un besoin. Écouter est un art. » Goethe

En entrant dans l’écoute active, vous développez un certain nombre de savoir-faire pour valoriser cette écoute.

Pourquoi l’appelle-t-on active ?

Parce qu’elle a un but précis. Vous entrez dans une action qui va consister à accompagner la personne à vous en dire plus ou à vous en dire moins. Vous devenez acteur de quelque chose. Si vous écoutez la radio en même temps, on voit bien que le lien ne sera pas le même et que l’information échangée sera bien différente.

On trouve dans l’écoute active l’idée de créer un climat de confiance et de respect mutuel. Ce que vous allez à tout prix éviter, c’est le jugement et l’interprétation. Ce sont les deux pièges qui vont faire que la communication va freiner.

Il y a trois formes d’écoute.

  1. L’écoute silencieuse consiste à montrer à la personne que vous êtes toujours avec elle. Approuvez ce qui est dit, montrez que vous la suivez par un hochement de tête ou par le regard mais aussi et surtout signalez que vous ne suivez plus.
  2. La reformulation : à un moment donné, la personne peut s’arrêter de parler. Là, vous allez exercer quelque chose pour la relancer. Soit vous reprenez la fin de la phrase, sous forme interrogative, par exemple. Soit vous repérez un mot important sur lequel vous voudriez avoir plus d’information. Vous avez vraiment un rôle de conducteur. L’important quand vous faîtes cela, c’est, bien sûr la reformulation du mot et la continuité du contact non verbal, y compris par le silence. Le fait que vous préserviez le contact non verbal et le silence va amener la personne à en dire davantage.
  3. La synthèse : vous reformulez en quelques mots ce qui a été dit avec les mêmes mots forts. C’est comme un accusé de réception.

En cas de conflit notamment, la validation de l’information est une étape essentielle. La capacité à reformuler avec succès le point de vue de l’autre avant de vouloir faire passer le sien propre est capitale. C’est très souvent ce qui va nous sortir des relations de conflits.

Qu’est-ce qui pousse une personne à mettre autant d’énergie pour défendre son point de vue ?

Il faut remonter à la racine des choses : nous sommes d’abord programmés pour faire de la défense de territoire. Quand vous défendez une idée, en réalité vous défendez l’ensemble des expériences qui viennent prouver l’idée.

Quand vous aurez retrouvé la sécurité intérieure, vous serez de nouveau plus à même de vous ouvrir à d’autres choses. A ce stade, vous passez du noeud relationnel à la boucle relationnelle : vous développez de la flexibilité, de la capacité à être souple sur la forme pour pouvoir vous rejoindre sur le fond.

Dans la phase de perception de l’autre, on va trouver trois phases importantes.

  1. L’affrontement : dans cette situation, ou c’est lui ou c’est vous. Il  y a un gagnant et un perdant. Chacun va se mettre en défense.
  2. Deuxième attitude : l’esquive. Que se passe-t-il ? On évite la relation.
  3. Troisièmement : vous vous mettez en position d’accompagnement en mettant l’autre en avant et vous en second.

Si dans la vie vous êtes en confrontation avec quelqu’un, le fait que vous soyez physiquement face à face va exacerber la confrontation. Si vous vous placez de sorte que vous soyez côte à cote, vous mettez le problème devant vous et plus entre vous et il devient plus difficile d’être dans le conflit. Ce sont tous des processus non verbaux.

J’espère que ces principes de communications vous aideront dans tous les domaines.

Nous arrivons bientôt à la fin du mini cours. La prochaine session vous permettra de vous familiariser avec les affinités sélectives.

Paul Pyronnet.

Secrets de Communication – Audios

Extraits du cours « Être Acteur de Votre Vie »

1ère partie : découvrez dans cet extrait de 45 mn :

  • - Le rôle des rituels,
  • - Les activités partagées et les objectifs communs,
  • - L’importance du contexte, du cadre,
  • - « Le triangle dramatique »,
  • - Les postures OK +/- pour moi et les autres,
  • - Le principe des conversations conflictuelles : Victime/Persécuteur/Sauveur,
  • - La source des violences psychologiques et physiques,
  • - Les 4 niveaux de jeux psychologiques,
  • - Pourquoi un bon film nous accroche ?
  • - Les critiques et la compétition,
  • - L’intimité et la puissance de la considération pour l’autre,
  • - L’impact sur la vie de Yannick Noah quand Arthur Ashe lui a dit : ″Rendez-vous à Roland Garros dans quelques années″,
  • - La posture gagnant/gagnant,
  • - La leçon des arts martiaux.

2ème partie : vous trouverez dans cet extrait de 15 mn :

  • - Le noeud relationnel,
  • - Les limites de l’affirmation,
  • - L’effet de la généralisation,
  • - L’impact des questions précises,
  • - « La phrase qui a été un enseignement de ma vie »,
  • - Une question de confiance.

# 48 réponses “08 – La Communication Efficace (+audios)”

  • Cécile dit :

    Oui, « Parler est un besoin. Écouter est un art. » de Goethe. L’écoute active m’apparaît être ce qu’il y a de plus précieux au niveau relationnel, et dans la phase de perception de l’autre, voilà que je découvre ces trois phases importantes de l’affrontement, de l’esquive et de la position d’accompagnement. Je n’ai jamais si bien reconnu ce qui se vit dans « mon couple » WOW. J’ai vraiment un travail à faire concernant l’accompagnement dans l’humilité la plus pure ! Ce doit « être cela « la porte étroite » dont parle l’Évangile » !

    Merci pour ce « mini-cours » vraiment intéressant.

    Cécile

  • marie-hélène dit :

    Si j’ai bien compris il s’agit de se positionner à la place de l’autre pour mieux interpréter ses mots et ses silences,se le approprier afin de répondre positivement pour éviter la rupture, le conflit.
    Merci pour toutes les « astuces »

  • nora dit :

    je pense que ce cours me demande plus de reflection. je dois le relire.

  • marie-hélène dit :

    Jean Guy, sera-t-il possible d’avoir une « réponse » à nos commentaires? De manière à faire une auto-évaluation de notre compréhension des leçons? Merci

  • bahia dit :

    salem
    voilà encore et tjrs une nouvelle lumière qui m aide énormément ds la comprehension des personnes et de leurs attitudes c du savoir faire que j obtient à chaque lectures de vos cours si importants et si clairs merci du fond du coeur pr votre aide précieuse

  • FONDJO Michel dit :

    J’aime la phrase » Nous sommes programmés pour faire de la défense du territoire » Et alors il faut lutter contre soi-même, changer de programmation pour pouvoir s’accorder avec autrui et c’est le combat perpétuel! Merci de poser clairement ce problème et de proposer des pistes pour s’en sortir.

  • jean-denis dit :

    Il me semble (en toute humilité) avoir remarqué en terme de relationnel,qu’il existe globalement trois sortes de personnes. 1-Celles que je qualifierai de « neutre » qui n’enlèvent ni n’apportent rien de particulier dans une relation. On peut donc avoir une suite de bons moments et d’autres moins bons donc à retravailler.2-celles (pas très nombreuses) qui jouissent d’une force expansive incroyable. de véritables « catalyseurs ».Beaucoup d’homme ou de femme qui ont brillamment réussis leurs vie bénéficiaient d’une « telle personne » dans leur entourage immédiat….3- Il existe malheureusement une troisième sorte de personnes particulièrement pernicieuses car cachant la plupart du temps leur travers. Ces personnes véritables « pièges à énergie » doivent être absolument évitées car ce sont de véritable trous noir qui non seulement n’apportent rien mais qui s’appuient ou qui se nourrissent de ce qu’elles ne peuvent elles mêmes développer.
    J’espère ne pas être hors sujet!

  • admin dit :

    Oui Marie-Hélène. Je fais de mon mieux pour donner une réponse à vos questions (plus de 500 commentaires à ce jour) et je vais voir avec Paul, l’auteur de ce mini-cours pour compléter si nécessaire. Mais j’ai l’impression que le système n’affiche pas toujours la réponse donnée directement sous la question posée (quand d’autres commentaires arrivent entre temps). Je vais voir si on peut régler cela.
    Jean-Guy

  • mediale dit :

    C’est surprenant comme parfois des choses qui nous paraissent anodines (un mot, un geste, le placement du corps), peuvent avoir des effets différents et induire des choses que nous n’avons pas souhaitées quand on ne connait pas ou peu toutes ces règles.
    Eviter les conflits, c’est bien. Mais est ce toujours possible ? Est toujours souhaitable ?
    et Surtout, quand on y est, comment en sortir pour construire par dessus quelque chose de nouveau et de plus serein ?

  • Sidibé Adama S dit :

    Cette partie du mimi cours, est plus pratique et très importante pour la gestion même de la vie.

  • Hallez JB dit :

    Ha la routine… on pense croire ou savoir mais en fait on oublie…
    Que ca fait du bien une remise à jour de notre carte du monde !!!! J’ai 35 ans… Et l’on comprend avec tout ce que tu dis Jean-Guy… pourquoi l’on passe à coté de certaines choses… Merci Merci… et Jean-Denis à raison et pour être francs avec vous… j’ai quitté mon cocon familiale… j’étais du Troisième groupe… et si je n’avais pas connu étant jeune la PNL en autre… j’y serais encore… Je me souviens d’un truc qui m’avait marqué à l’époque… Jusqu’a 40 ans on peut se changer et changer de « groupe »… au dessus de 45 ans ca deviens plus difficile voir impossible de se changer… surtout corrige moi si je me trompe…

  • Cathy dit :

    Super interessant d’être à l’écoute. Et comme disait Jacques Salomé :
    écoutez-moi quand je vous parle. Mais écouter est un don qui ne s’apprend pas.Je peux parfois écouter l’autre mais je n’entend rien…
    Alors quels conseils me donnez-vous pour progresser dans l’écoute et surtout dans la vérité ?

  • ouafaa dit :

    il me semble que ce qui est difficile c’est que des gens malheureusement n’acceptent la négociation , ils ne veulent pas changer leur attitude ils croient que ce sont eux qui ont raison et ce sont eux qui savent discuter mais a vrai dire ils ne font que parler pour ne rien faire, d’ailleurs quand ils parlent dans les réunions avec leur chef ils sont très appréciés par lui , mais au moment de la réalisation des choses qui ont proposé , ils ne font rien.
    comment communiquer avec ces gens?
    et merci infiniment monsieur.

  • Claude Mahut dit :

    Communiquer est un art dit on; si nous maîtrisons tous ces outils, et savons l’étape à laquelle les utiliser, nous allons décanter sans difficulté many problems et étonner notre entourage.

    Thank you mon cher

  • heyligers dit :

    simplement merci pour ce cours. J’avais oublié à quel point il est important d’accompagner l’autre dans ce qu’il dit en reformulant si nécessaire son propos. Si je comprends bien ce que tu cherches à me dire c’est : » ……. » L’idée de se mettre plutôt côte à côte au moment d’un conflit plutôt que face à face est géniale et si facile à exécuter.

    Merci encore.

  • Martine dit :

    J’ai dû relire deux fois le texte pour enfin m’apercevoir que je n’étais pas dutout dans le moment présent. Et par le fait même réaliser que j’avais laisser de côté mon écoute active … Pourquoi ? peut-être ce conflit intérieur. Protection, je réalise que j’ai besoin d’un silence pour reprendre mon souffle. Merci beaucoup.

  • martin dit :

    J’ai bien de la misère dans l’écoute, les gens me disent parfois que je ne les laisse pas parler, je leur coupe la parole et ils n’aiment pas cela, je suis consciente que je dois les écouter et cesser de parler et de les interrompre, j’ai des choses à dire moi-aussi et on me laisse pas le dire car ça leur fait de la peine et elles me plaignentou me disent de ne rien faire, pas travailler, pas sortir, pas bouger, des mises en garde, j’en ai assez. J’écoute et j’entends que du négatif , des peurs des autres.

  • DEJEHANSART dit :

    B A BA de la communication / Mettre en commun
    Adulte on découvre que l’on communique mal voire que l’on ne ne sait pas communiquer = cela devrait s’apprendre aussi à l’école en + des parents trop pressés et pressiorisés
    Invitation à lire « Parle moi , j’ai des choses à te dire  » ou les « mémoires de l’oubli » de Salomé Psychosociologue
    un de mes formateurs dans les années 80
    Le temps passe la vie va tout doucement inexorablement
    A+++++

  • Korso dit :

    Ce que je ne saisi pas dans cette partie c’est l’intérêt de la répétition dans la communication. Pouvez vous me donner de plus amples explications. Merci

  • adama dit :

    très interessant ce mini cours. moi j’ai un problème particulier en matière de communication quand je dois parler en public. j’ai du mal à trouver les mots justes pour parler bien que les idées que j’ai à développer soient pertinentes. c’est comme une sorte de stress, quelque chose qui m’etouffe quand je veux parler au debut. quand j’arrive à me libérer, le reste coule bien.
    j’aimerais savoir s’il ya quelque chose à faire pour m’aider.
    D’avanvce merci

  • je suis ravie des cours que vous nous avez envoyes

    j’ai suivi deux formations en pnl avec Paul Pyronnet et ces cours sont vraiment de bons resumes de toutes les journées passées, mais ils ne peuvent les remplacer

    Bien entendu il y manque le « groupe » et donc son emulation, et tous les exercices qui permettent non seulement de memoriser mais surtout
    de vivre tout ce que vous avez dit

    Ce n’est pas une PUB mais presque,
    ces cours sont le debut pour tous ceux qui veulent en apprendre plus et le vivre plus

    Cordialement

    Lucette

    PS je les ai envoyé à mes filles qui ont été ravies

  • marie dit :

    BONJOUR,
    Merci pour cette formation PNL EST IL POSSIBLE DE ME RENVOYER LA LECON N°9
    MERCI D’avance.
    Marie

  • faty dit :

    salom aalikom

    merci mille fois mr Jean Guy pour cette précieuse leçon , car il y’a une chose que je vienne d’apprendre il faut savoir écouter les gens et savoir comment se comporter avec eux il faut d’bord écouter et compredndre puis réagir et cela demande de la patience , qu’a actuellement on a plus , mais pour continuer à vivre en groupe il faut vraiment avoir de la patience et de la comprehension.Merci beaucoup

  • odile B dit :

    Merci pour cette série de leçons. En tout cas des axes de réflexion à prendre très au sérieux. Et c’est ce que je fais.
    Merci Jean-Guy Perraud.

  • Marie G dit :

    Cette serie de lecon etait réellement intéressante. Merci pour tout

  • el hafer fatima dit :

    J’ai relu votre cours. son importance le défi qu’il représente; sa concrétisation.Si on pouvait avoir des mini vidéo ou des court métrage où des personnes de divers horizons sont en communication dans diverses situations réélles de travail et de vie familiale.
    Je vous souhaite succès et réussite dans tous vos projets.
    Bien cordialement Mr Jean-Guy Perraud.

  • Madeleine dit :

    Ce précieux mini-cours est comme un véritable miroir qui nous renvoie notre image. Impossible de nier nos points faibles.

    En ce qui me concerne, je trouve difficile de supporter, auprès de mes amis(es), une personne qui monopolise toujours les conversations qu’elle centre constamment sur elle-même; qui coupe la parole à qui essaie d’intervenir et qui n’écoute jamais quand quelqu’un réussit à placer un mot.

    Par respect, j’attends d’être seule avec elle pour lui en parler. Elle accepte mais recommence aussitôt à défendre son territoire dès le premier mot. Plusieurs me conseillent de la laisser. J’en suis incapable car je crois que toute personne possède aussi des qualités.
    Il s’agit de trouver la corde sensible et le bon moment pour agir.

    Pourtant, les années s’accumulent et le changement ne vient pas, en apparence du moins. Après 24 ans, je vous avoue que parfois je désespère.

    Merci de ce cours très apprécié.
    Félicitations à vous, Jean-Guy qui êtes un excellent coach.
    Sincères remerciements à vous, Paul, pour votre expertise et votre accompagnement.

  • Françoise dit :

    Je pense que tout viens à point qui sais attendre. Apprendre à ce taire et à écouter les autres !!! Si tu n’es pas prêt cela ne serre à rien. J’ai bientôt 50ans, et j’ai enfin lâché sur la parole, Pourquoi?!?!, et bien seulement parce que j’ai enfin trouvé quelqu’un qui m’écoute vraiment. C’est souvent le manque d’écoute qui fait que certaine personne parle à tors et à travers, elles ont juste besoin d’être reconnue pour ce qu’elles sont.
    Et merci à la PNL et à toute autre forme de développement personnel qui sont des outils précieux pour avancer sur ce chemin qui est la vie.

  • melgwenn dit :

    Il me semble que la conscience est une et indivisible. Lorsque j’exprime une émotion je me coupe du tout pour dire un point de vue particulier, mon point de vue. Et parfois la reverbalisation par un autre, avec un autre mot, me met devant l’incommunicabilité de ce que j’ai vécu. Un mental extérieur semble me dire ce que je dois comprendre ou faire de mon émotion, et c’est très amusant de voir l’incapacité que nous avons à ne pas commenter avec notre mental l’émotionnel de l’autre. Que je suis présomptueux quand je fais cela. Ai-je donc peur de me mettre à nu pour aller vers l’autre, de rentrer moi aussi dans l’émotion ? Accepter tout simplement la réalité de l’autre, différente, sans vouloir la faire mienne, la transformer vers ma réalité. Je ne peux approcher la réalité de l’autre que si je l’accueille dans un ressenti du tout, dans un vide de mes croyances. Si j’ai pu vivre une situation similaire et en ressentir une émotion lui ressemblant ou opposée, je peux vibrer comme l’autre. Telle la vibration de deux cordes de guitare sur la m^me fréquence. L’une vibre sous la tension du doigt et l’autre vibre sous la fréquence émise par la corde pincée. Il me semble que la conscience est une et indivisible. Ou est la corde universelle qui vibre à toutes ces émotions ? Peut-être s’appelle-t-elle l’amour ?

  • Sofie dit :

    A nouveau cela m’inspire ces mots : « être présent ». A soi, à l’autre. Etre dans le moment présent pour percevoir au mieux, échanger et communiquer au mieux;
    Et de cette présence, la maîtriser au point de savoir parfois en faire un jeu, comme pour la confrontation. Nous pourrions dire : « plaçons nous côte à côte afin d’examiner la situation ensemble…. » et déjà le contexte change.
    Merci de me réveiller ainsi et de m’éclairer.

  • Christian dit :

    Ce mini-cours va m’aimer à aider ma mère et ma femme a mieux se comprendre je comprend que le language non verbal est defois plus important et efficace que le language verbal surtout lors que le conflit est déjà activé
    Une fois de plus Merci Jean-Guy

  • Cindy dit :

    « Nous avons une bouche et deux oreilles pour écouter deux fois plus qu’on ne parle » Confucius
    ;-)

  • Serge dit :

    Je me suis intéressé très tôt à la communication et j’aimais prendre la parole, souvent je coupais l’autre en interprétant ou en finissant la parole de l’autre croyant bien faire jusqu’au jour ou j’ai compris que c’était pour me mettre en valeur ou pour monopoliser l’attention de l’autre. En développement personnel PNL j’ai compris le mécanisme qui remonte à l’enfance. Merci à Jean-Guy et à Paul pour ce travail si riche et distribuer avec amour.

  • lea dit :

    je suis enchanté de ce que j’ai lu !
    mais je n’ai pas reçus les cours 4/5/6/
    mais je vous remercie pour les n° reçus
    a bientôt j’espère recevoir les cours manquant.
    cordialement

  • xadr dit :

    C’est vraiment une super présentation qui donne envie d’approfondir.
    merci mille fois

  • Clément dit :

    Ne dit-on pas qu’il est plus important d’écouter que de parler ! La preuve, nous sommes tous venus au monde avec deux oreilles et une bouche ! Si parler était plus important, nous aurions sans doute deux bouches et une seule oreille !!! La nature fait bien les choses.
    Merci pour ces minis cours toujours instructifs.

  • joel dit :

    merci, c’est super de proposer de poser des questions……
    toutefois, les réponses sont attendues……..

  • C’est onéreux de trouver des gens instruits sur ce sujet , cependant vous parlez comme vous réalisez ce que vous parlez ! Merci

  • J’ai lu beaucoup d’informations confuses sur ce sujet et ont été déçus par le contenu. Votre article fait de cette information claire et facile à comprendre.

  • Rim dit :

    Merci pour le mine-cours c’est intéressant

  • samuel dit :

    Merci pour toutes ces informations. Il y a de quoi faire, il me faudra un peu de temps afin de les intégrer.
    Merci vraiment.

  • Marie-Eva dit :

    J’ai bien aimé les trois réflexes à développer pour entrer en relation avec l’autre. J’aime bien l’écoute audio.

  • Madeleine dit :

    merci pour ce mini cours, car voici vous expliquez ce que je vis mais moi je ne sais les dire, cela m’encourage dans tous ce que j’entreprend, toutes ces vécus je le dois à Dieu qui travaille énormément dans mon cœur car j’ai la foi. Tout ça aussi pour dire que je suis complètement d’accord avec vos cours et très heureuse de les recevoir!merci et God bless!

  • sylvie dit :

    .
    l article m a beaucoup plu

  • Blandine Lozier dit :

    Merci pour ce nouveau cours. Il démontre à merveille notre responsabilité dans la qualité de la communication à l’autre. Merci

  • charafeddine dit :

    Merci, c vraiment tres enrichis par des informations et je me base sur ces lecons

  • najet dit :

    salem vraiment tres interessant, je commence tout de comprendre les concepts de la PNL, et je suivrai ce chemin inchallah merci encore

  • najet dit :

    salem

    je viens tout juste de comprendre les preceptes de la PNL, merci de me l avoir fait comprendre et aimer, je vous suivrai jusqu a la fin inchallah

Laisser un commentaire